Le Maquillage à travers l’Histoire / La Grèce antique

Pourquoi le maquillage? – à travers l’Histoire / Partie III

Grèce Antique : 1000 av JC à 336 av JC

Avant de rentrer dans le vif du sujet, il faut tout d’abord savoir que le système social de la Grèce antique est Patriarcale. Autrement dit, l’homme y détient l’autorité en termes d’économie, de politique, de terre, tandis que la femme exempte de droit, s’occupe du foyer et ne prend pas part à la vie politique du pays.
En ce temps-là on murmure même que les femmes et les hommes ne sont pas de la même espèce, l’homme se rapprochant clairement des dieux alors que la femme faisant partie du règne animal.

Pour nuancer ces propos, il y a des exceptions comme par exemple dans la cité de Gortyne, en Crète où la femme à l’époque a le droit d’hériter de son père. Elle reste toutefois mineure sous la tutelle de son époux ou de son géniteur toute sa vie.

Maintenant que la toile de fond réjouissante est posée, on peut s’attendre à ce que le maquillage soit sujet à controverse. Et… Bingo !
A cette époque la religion et la philosophie associent le maquillage à la séduction et à l’érotisme. Se farder est une activité réservée aux travailleuses du sexe, aux courtisanes et aux femmes de petite vertu. 

Un physique avantageux est un corps propre, entretenu par le sport et un visage maquillé tout en discrétion, raffinement et élégance , pour ne pas détruire les « harmonies naturelles ». Se parer coûte cher, prends du temps mais doit surtout être exécuté en toute subtilité. Le maquillage doit sembler être naturel et sans effort, alors que les canons de beauté de l’époque sont plutôt éloignés du physique lambda méditerranéen.
Mais la mode, c’est la mode : les cheveux blonds et le teint pâle sont donc de mise pour les femmes les plus fortunées !
Pour ce faire, rien de tel que du blanc de céruse comme composant principal des cosmétiques de l’époque. On en fait des fards et on le mélange à l’eau pour créer des onguents capables de combler les rides. Mais derrière cet ingrédient « multi-usage » se cache du plomb, sa toxicité abîme la peau et met la santé des utilisateurs en jeu. Pourtant le blanc de céruse fait un tabac et son utilisation va perdurer 2 siècles durant.
Mais ne faut-il pas prendre quelques risques pour être à la pointe de la tendance antique?

A ce propos, un dernier secret : l’ultime touche trendy de l’époque réside dans le regard qu’on noircit au khôl. Les cils sont allongés et les sourcils sont épaissis à l’extrême, jusqu’à se toucher au milieu du front (Coucou Emmanuel Chain!).
Et si la mode est un cycle perpétuel, vous savez ce qu’il reste à faire: Bye Bye pinces à épiler et tout poil dehors !

N’étant pas historienne, si des éléments d’articles manquent de précisions ou semblent inexactes, n’hésitez pas à venir en discuter avec moi dans les commentaires !Vous retrouverez toutes les sources en fin d’article.

Sources pour aller plus loin dans la lecture:
(EN) Les femmes dans le grèce ancienne
www.ancient.eu/article/927/women-in-ancient-greece/
(EN) Un aperçu plus en profondeur de la cosmétique grecque

www.beautifulwithbrains.com/beauty-history-cosmetics-in-ancient-greece/
(EN) Cosmétique et descriptions des silhouettes grecques 
www.ancientgreecefacts.com/ancient-greek-makeup/

(EN) Frise chronologique de L’Histoire du maquillage
www.bbc.co.uk/timelines/z2wk39q

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *